UA-65597331-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2011

Préparation à la cession

Un tiers des entreprises potentiellement cessibles par des dirigeants atteints par la limite d'âge ne survivront pas à leur transmission.

La valorisation stratégique de l'entreprise reste aujourd'hui la seule méthode valable pour assurer sa pérennité et la plus avantageuse pour le cédant.

Les dirigeants qui envisagent de transmettre doivent donc en priorité imaginer les devenirs possibles de leurs entreprises et les préparer en vue de leur permettre d'aborder les virages à venir.

Préparer son entreprise à la cession ne signifie pas seulement en assainir l'organisation fonctionnelle et comptable, mais aussi définir et formuler les orientations stratégiques pour valoriser ainsi les savoirs-faires et les compétences présents en interne par rapport aux potentiels de développement existant en externe.

Ainsi, nous pouvons, en préambule, lister les étapes principales préalables à la valorisation stratégique :

révision de l'organisation fonctionnelle (qui fait quoi? audit des circuits de communication d'informations, de documents, où sont les compétences? quel est le score du dirigeant? quelle serait l'organisation qui permettrait de réduire ce score?)

- révision de l'organisation comptable et juridique (simplification de la structure, sortie de l'immobilier, séparation des activités et cession des actifs inutiles aux activités, voire cession d'activités annexes qui pourraient être valorisées par ailleurs et ne sont pas en synergie avec les activités principales, étude du profil bilantiel en vue d'un remodelage -concernant notamment l'équilibre entre le haut et le bas du bilan- trésorerie/capitaux)

Suite à quoi il restera à reconfigurer les activités afin de les mettre en ligne avec les devenirs qui intéresseront les acquéreurs potentiels.

Lors des périodes économiques précédentes, les exploitations pouvaient être évaluées selon leurs richesses patrimoniales, les valorisations comptables des immobilisations, en fonction d'un coefficient multiplicateur des résultats réalisés sur les exercices antérieurs... aujourd'hui seule sera prise en compte la projection des résultats attendus dans le futur. Dans cette optique, il sera donc indispensable de rendre mesurable la rentabilité à venir au travers de l'identification la plus crédible possible des évolutions potentielles.

Ce vaste sujet fera l'objet de notre prochain article.