UA-65597331-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2016

Injonctions paradoxales

Nous entrons dans l'ère de la post-modernité : dès 2009, après avoir cédé mon entreprise, je partageais l'idée de revoir le mode de management global et l'organisation des entreprises pour faire face à l'évolution devenue chaotique de nos environnements  En équilibre instable dans le chaos ambiant

Après plus de sept années passées aux côtés de dirigeants, force est de constater combien il est difficile, voire impossible seul, de changer de posture pour s'adapter... car tout ce qui peut être écrit ou dit, à ce propos, s'apparente plutôt à un ensemble d'injonctions paradoxales! (par ailleurs totalement involontaires de la part de leurs émetteurs).

Tout d'abord et dans ce contexte, entendons bien la terminologie utilisée : le terme "d'injonction paradoxale" qualifie plutôt la manière dont les dirigeants perçoivent les idées qui pourraient être des solutions répondant à leurs difficultés actuelles.

En effet, face aux nouvelles contraintes de leurs environnements internes et externes, ils ne peuvent entendre les propos leur suggérant un changement de posture, de comportement ou de méthodes car cela ne se commande pas et ils ne peuvent le décréter seuls sans avoir la connaissance concrète des éléments et de la méthodologie à mettre en oeuvre pour y parvenir.

Déjà bien seuls à la tête de leurs organisations, ils ne demandent qu'à aboutir à des organisations Agiles, voire libérées, si celles-ci leur garantissent plus de performances dans le chaos de nos environnements actuels! 

Personne ne peut répondre à une injonction paradoxale et seuls les plus solidement ancrés dans leur "alignement" managérial pourront faire évoluer leur posture. Pour la plupart, il est essentiel aujourd'hui d'entendre des témoignages de pairs en direct et de partager l'expérience de certaines pratiques pour en projeter une partie dans sa propre organisation.

Voilà pourquoi le Club Agile Provence, créé par plusieurs dirigeants, s'attache à rester une plateforme d'échanges de pratiques et d'expériences entre dirigeants... voilà aussi pourquoi je m'attacherai désormais à mieux détailler les principes de la mise en oeuvre d'une transformation Agile au sein des entreprises.

"devenir Agile", "lâcher prise", "laisser les collaborateurs s'auto-organiser", "devenir l'animateur des processus et le garant du Sens"... pour "être moins seul", "responsabiliser chacun à son niveau", "gagner en efficacité", "augmenter l'intelligence collective", "gagner en efficacité et en rentabilité" : tous sont pour mais personne ne peut initier ce type de changement seul et sans un événement déclencheur (certains dirigeants l'ont fait à la suite de très grosses difficultés, au bord du dépôt de bilan).

Notons, dans tous les cas, que chaque entreprise et chaque organisation porte en elle un ensemble de solutions qui lui sont propres et qu'un mode d'emploi universel, en la matière, ne constituerait qu'un potentiel d'idées et d'outils restant à conjuguer. Chaque organisation est unique et l'objectif consiste à organiser la co-construction d'un nouveau mode de fonctionnement qui lui est propre pour se développer.

Les articles à venir seront donc entièrement consacrés à la mise en pratique de ces "injonctions paradoxales" afin de partager le schéma global d'une démarche de changement Agile propre à rendre l'entreprise plus performante en interne et plus adaptée aux aléas de l'externe.