UA-65597331-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2011

Appel aux capitaux

Cet article fut le BEST OF de ces 4 derniers mois, plus que jamais d'actualité pour assurer la pérennité des entreprises...

Dans la mouvance actuelle, le dirigeant doit faire apppel à toute sa créativité pour inventer les voies de développement possibles et en assurer le financement.

Aux différents stades de développement de l'entreprise correspondent différents besoins en matière de financements et donc, différents types de financements.

Le terme de Capital Risque englobe à la fois tous les financements qui correspondent aux phases d'amorçage, de création et de post-création du projet.

Les fonds d'amorçage peuvent intervenir sur ces trois phases pour apporter entre 300K€ et 2M€ lorsque la qualité du projet le justifie (aspect innovant reconnu, porteur(s) hautement compétent(s) pour gérer le lancement de leur activité).

Plus généralement, au tout début du projet, les porteurs font appel en priorité à ce que l'on appelle la "love money" (argent prêté dans le cadre de relations familiales ou très amicales afin d'aider à démarrer le projet) agrémentée parfois de financements publics (entre 20 et 150K€).

Ensuite, les Business Angels interviendront le plus souvent très en amont du développement, juste en amont ou au démarrage de l'activité commerciale, déclenchant parfois aussi l'obtention de fonds régionaux. Les montants d'intervention des Business Angels se situent générallement entre 150 et 600K€. Les fonds régionaux peuvent aller de 500 à 1.500K€.

Durant la phase de post-création, l'augmentation du besoin en fond de roulement peut créer ce que l'on appelle un Equity Gap (ou fossé de financement) lorsqu'il ne peut plus être satisfait par les Business Angels mais que, par ailleurs, la société n'est pas encore assez attractive pour justifier l'intervention financière d'un Venture Capital : période excessivement difficile, par ailleurs parfois fatale au projet.

Le terme de Capital Développement va plutôt englober tous les financements qui interviendront dans la phase de développement du projet. 

Le Venture Capital ou fonds de Capital Risque peuvent intervenir en début de phase de développement, pour des montants de 2 à 10M€.

Les fonds de Capital Développement peuvent aller au-delà de 10M€

Dans tous les cas, les Business Angels, comme les fonds de Capital risque ou de Capital Développement viendront augmenter le capital de l'entreprise (intervention en haut de bilan) à seules fins de céder leurs parts dans un délai de 5 à 7 ans.

Où donc situer les PME que nous exhortons continuellement à élaborer puis développer des projets innovants?

Il existe deux types de cas :

- le projet est finançable par les banques car adossé à des valeurs d'immobilisations qui serviront de garantie au prêt octroyé, et dans ce cas, il s'agira d'un financement classique (bas de bilan)

- le projet n'est pas finançable par les établissements bancaires et le porteur doit donc solliciter des investisseurs privés ou des sociétés de Capital Développement lorsqu'il s'agit de besoins de financement importants (supérieurs à 1M€).

... ce qui explique qu'il est parfois plus facile d'obtenir -s'il est justifié- un financement de plusieurs millions d'euros que de se retrouver en quête de 500K€ pour financer un modeste projet de développement.

Pour autant, à moindre niveau dans les PME, il existe des solutions au travers de rencontres avec des investisseurs privés, souvent anciens chefs d'entreprise eux-même et regroupés au sein d'associations autour de valeurs porteuses. Adinvest Development en est un exemple.

 

Les commentaires sont fermés.