UA-65597331-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2014

Valoriser l'immatériel : le Capital Organisationnel

La valorisation de l'entreprise dépend à la fois de sa capacité à dégager de la rentabilité et de la récurrence de cette capacité. A ce titre, son aspect organisationnel est essentiel en ce qu'il est bien à l'origine du fonctionnement qui permet sa rentabilité.

L'organisation correspond à une aptitude à mettre en oeuvre et à faire vivre des processus en mobilisant les ressources humaines et techniques qui permettront à l'exploitation de dégager un résultat. L'organisation est un outil essentiel à la performance de l'entreprise : cela doit être l'un des éléments importants de sa valorisation.

Ainsi, pour une entreprise qui dispose d'une organisation efficace, apte à optimiser les processus internes pour dégager un résultat attendu, nous dirons que son capital organisationnel est important. Il reste à trouver les moyens de l'évaluer. L'approche patrimoniale de l'organisation permet de proposer une vision financière plus dynamique de l'entreprise, elle permet aussi de s'interroger sur la valeur de cette ressource et sur les moyens à mettre en oeuvre pour la préserver, voire la bonifier.

En dehors du fait que les actifs incorporels fassent en général l'objet d'une reconnaissance comptable très limitée, le capital organisationnel est, sans conteste, la ressource la plus difficile à évaluer. Il fait référence au schéma structurel, organisationnel et opérationnel spécifique à une organisation : celui-là même qui lui confère des avantages compétitifs durables. Le capital organisationnel est de nature combinatoire et la combinaison efficace des ressources relève du savoir-faire managérial.

L'entreprise doit donc être appréhendée comme un ensemble structuré de ressources dont la valeur sera supérieure à la somme des éléments qui le composent puisqu'elle prendra aussi en compte les interactions qui augmentent l'efficience de son organisation.

Sans rentrer dans le détail des méthodes et formules d'évaluation, il est important de savoir que l'intégrale de Choquet peut mesurer le goodwill généré en interne et prendra aussi en compte l'estimation des capacités d'interactions entre les ressources. Les propriétés des capacités de Choquet offrent de larges possibilités pour les modéliser et procéder à une véritable cartographie de la combinaison des ressources.

L'important consistera à ne pas perdre de vue le potentiel existant dans le capital organisationnel sachant qu'il est extrêmement rare, en pratique, de le voir valorisé concrètement au bilan des PME. Par contre, il sera essentiel d'en tenir compte lorsque l'entreprise sera évaluée en vue d'être transmise.

 

 

Les commentaires sont fermés.