UA-65597331-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2012

Banquier et Financier

Trop de PME à ce jour sont largement sous-capitalisées et connaissent des difficultés incontournables en cette période de changements notoires dans quasiment tous les secteurs d'activité.

L'argent des financiers permet de consolider le haut de bilan mais coûte beaucoup plus cher que l'argent des banquiers censé, lui, couvrir les financements d'investissements ou les besoins en fonds de roulement.

Toute la politique financière de l'entreprise doit tenir compte des différentes fonctions de tous les acteurs qui l'entourent et une bonne gestion des finances de l'entreprise consiste aussi à couvrir les besoins de l'exploitation par des fonds appropriés. L'ignorance de certaines règles en la matière peut occasionner des déséquilibres financiers qui mettraient en danger la pérennité de l'activité.

A ce jour, bon nombre de PME manquent cruellement de trésorerie suite à une érosion sévère des résultats d'exploitation ces 3 dernières années. A l'origine de tels soucis, ce sont bien souvent les niveaux de fonds propres qui sont en cause : dès lors, le banquier ne peut octroyer de crédit supplémentaire sans une intervention financière des associés eux-mêmes. Au-delà du renforcement des fonds propres, il sera aussi nécessaire de revoir la stratégie de l'entreprise et le degré d'innovation à apporter au niveau des produits ou des prestations afin de consolider le compte d'exploitation.

Par ailleurs, en ces périodes de difficultés économiques, il est indispensable de financer notamment les investissements par des moyens compatibles avec leur durée : le recours au crédit-bail peut être tout à fait approprié et constitue un parfait complément à certains autres investissements que vous financera le banquier classique.

Pour ce qui concerne  le renforcement des fonds propres, seuls les financiers (fonds d'investissements ou Venture capital, voire fonds de Capital Développement) pourront y participer sous conditions de santé et d'équilibre de l'exploitation.

La variable temps est donc essentielle dans le plan d'actions à mener pour redonner un équilibre financier à son entreptrise : dirigeants, n'attendez pas qu'il soit trop tard pour intervenir et ne craignez surtout pas l'arrivée d'un acteur extérieur dans votre capital car mieux vaut partager l'actionnariat en profitant d'apports de compétences enrichissantes pour le devenir de l'entreprise plutôt que de conserver 100% des parts d'une entreprise qui part à la dérive.