UA-65597331-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2009

PME en dangers

Voilà ce que l'on peut lire dans les dépêches économiques à propos du regroupement récent des 3 mutuelles d'assurances françaises :

"En passant sous le statut de Société de groupe d'assurance mutuelle (Sgam), Macif, Maif et Matmut imiteront ainsi Covéa, se dotant d'une structure de tête souple, permettant la mise en commun de moyens informatiques et de canaux de distribution"

" L'avenir incertain des assureurs de taille moyenne : l'ensemble Macif-Maif-Matmut plus Covéa, Groupama et Axa, pèsera 70% du chiffre d'affaires de l'assurance auto en France. Les petits acteurs se retrouvent donc enserrés entre ces géants et les banques, de plus en plus présentes en assurance dommages. "Le compte à rebours a commencé pour les petits assureurs", affirme un spécialiste du secteur. "J'ai même des doutes sur l'avenir d'assureurs de taille moyenne", ajoute-t-il.
Il souligne notamment "l'importance des budgets de marketing", qui s'est renforcée avec le changement de stratégie des mutualistes, désormais convaincus d'investir massivement en publicité. L'effet de taille offre la possibilité d'économies d'échelle, déterminantes dans un univers déjà extrêmement concurrentiel sur les prix. Un contexte de marché encore accentué par la crise financière et économique."

Il en sera de même pour les PME de tous secteurs qui, faute de n'avoir pas voulu ou su mettre en place au minimum des stratégies de partenariat ou, au mieux, négocier des regroupements avec certains de leurs "concurrents", n'auront plus les moyens d'exister au milieu des grands qui, eux, s'organisent.

Il est des phases difficiles à traverser pour les entreprises, dont, notamment la remise à niveau de leur trésorerie... basique : le fonds de roulement s'érode suite à une diminution de la rentabilité des exercices successifs, les échéances deviennent plus lourdes... les signes sont tangibles et facilement mesurables.

Il est d'autres situations beaucoup plus dangereuses à moyen terme et qui, pourtant, ne présentent pas des signaux d'alerte aussi évidents : la stagnation d'une entreprise sur son marché, entourée par de grandes entités qui s'organisent et qui finiront par l'étouffer.


DAS4.jpg

"Quand les gros maigrissent, les maigres meurent"
Lao-Tseu






Les contraintes d'exploitation en termes législatifs (social, technique, sécurité, qualité), marketing (moyens à déployer pour assurer la mise en valeur des produits) et commerciales (notamment en terme de coûts et de prix de vente) pèsent de plus en plus sur les sociétés. La seule solution pour diminuer leur impact et en soulager le consommateur final est de se regrouper pour en réduire la valeur relative.

Ainsi, l'avenir devient très incertain pour les acteurs de moyenne catégorie sur tous les secteurs d'activités.

Les nationaux, contraints par leur environnement international, auront les moyens -en se regroupant- de consolider leurs positions sur leurs marchés, voire même d'aller capter certains marchés locaux sur lesquels ils ne se positionnaient pas auparavant... mais crise aidant, c'est le seul moyen pour eux d'augmenter encore leur volume d'affaires.

Seuls les très petits survivront, qui feront valoir leur proximité et leur flexibilité sur leurs périmètres très restreints... mais à quelle taille et à quel prix? (sont-ce nos auto-entrepreneurs qui prendront cette place?).

Une réflexion stratégique rigoureuse et structurée peut mettre en évidence certaines actions à initier, envers et contre tout sentiments ou besoins d'indépendance, de conservation de prérogatives de la part du dirigeant... mortels à terme.
Pour cela, il est bon de se faire accompagner par un intervenant extérieur suffisamment détaché de certaines considérations pour ne pas être pollué dans l'aide qu'il apportera à la décision et la forme qu'il suggèrera.