UA-65597331-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2008

Spécial PME

Les circonstances n'évoluent pas en faveur des PME, petites structures beaucoup plus vulnérables car moins aptes que les groupes à absorber les contraintes supplémentaires qui leur sont quotidiennement imposées : obligations en matière de sécurité, de qualité, accroissement des obligations sociales, exigences croissantes des clients... beaucoup de chefs d'entreprise sont en limite de rupture...


Pour rester ZEN, il faudrait pouvoir se poser, là :

ECOSSE 1.jpg
....................En toute quiétude..............pour réfléchir...


L'augmentation significative des défaillances d'entreprises est essentiellement dûe, aujourd'hui, à des trésoreries trop tendues. Mais en dehors de ces problèmes de trésorerie, combien d'exploitations voient leurs résultats diminuer jusqu'à la limite de la rentabilité ? cette rentabilité est minutieusement grignotée par l'augmentation des charges amplifiées par les dispositifs officiels qui, chaque année, viennent alourdir les procédures de fonctionnement interne au niveau administratif, social...
Combien déposeront le bilan avec des carnets de commande pleins... de chiffre d'affaires qui finit par être déficitaire ? Car le volume de trésorerie des PME est bien le résultat de profits dégagés antérieurement et sa diminution correspond bien à leur chute !

Afin de gagner en rentabilité, les PME doivent s'allier, mutualiser certaines fonctions, se regrouper... quelles qu'en soient les formes (GIE, cessions ou reprises pures et simples, fusions...) ce sera le seul moyen d'assurer la pérennité de leurs activités et de faire face aux dures exigences de leurs environnements.

Il a été une période où les commerçants revendaient leurs fonds de commerce pour se constituer leur retraite : aujourd'hui, une proportion croissante ferme sans pouvoir être cédée...
Demain il en sera pareil pour les PME si leurs dirigeants ne réagissent pas...

D'ailleurs, nos enfants ne s'y trompent pas :

les enfants de nos politiques font de la politique
les enfants de nos vedettes restent dans le show biz
... les enfants des chefs d'entreprise font ... souvent autre chose!!

Nous développerons prochainement, en fonction des objectifs poursuivis, les différents types d'alliances qui pourraient assurer la survie de bon nombre d'exploitations.