UA-65597331-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2013

VISION et DEMARCHE STRATEGIQUE

En cette période de rentrée, chacun retrouve ses objectifs et renouera avec le rythme accéléré qui empêche souvent une véritable prise de recul pour mieux appréhender et traiter les informations et événements à venir.

Actionner successivement son attention et sa concentration, savoir alterner la vision de l'aigle et celle de la tortue, pour pouvoir à la fois prendre du recul tout en restant attentif aux menaces et opportunités liées à nos environnements : telle serait la posture idéale de tout dirigeant.

Il n'y a qu'à faire le test de l'observation d'une vidéo qui met en scène un match de basket non formel entre 2 petites équipes d’étudiants (T-shirts noirs et T-shirts blancs) dans un grand couloir d’université. La consigne serait la suivante : compter les passes entre les blancs sachant qu’une passe n’est valable que si elle est précédée d’un drible.

Cela va demander à chacun une certaine concentration qui ne permet pas, simultanément, l’attention : un gorille traverse la scène de part en part et personne ne le voit ! la concentration était excellente pour compter, l’attention était nulle pour voir. 

L’attention exclut la concentration et inversement.

Par contre, l’humain, pour conserver la vision globale, sera capable par alternance d’actionner son attention et sa concentration. Focalisation et défocalisation sont absolument indispensables : plus on prend de recul plus on voit les choses mais on ne peut être en permanence en position de recul. Plus on regarde le détail, moins on voit les menaces et les opportunités potentielles.

La démarche sera donc la suivante : qui n'exclut rien car nous avons besoin des objectifs (=concentration) mais le cheminement est important aussi (=attention).

Toute réflexion qui fera intervenir une vision globale des choses doit être complétée par la mise en place d'un système de pilotage qui mettra en exergue les points critiques, indicateurs-clé, significatifs de tendances à anticiper ou de dérives à corriger.

Tout en conservant la vision globale, il est nécessaire d’approfondir de manière prospective : le constat des performances passées ne suffit plus, il faut aussi évaluer les potentialités de performances à venir au travers du suivi d'autres types d'indicateurs. 

"Balance Scorecard" qui a déjà fait l'objet d'un précédent article dans ce blog, tableaux de bord prospectifs... cela fera à nouveau l'objet du prochain article.

Faisons en sorte de rester en acuité maximale et, pour cela, dotons-nous des outils de suivi et d'alerte adéquats.