UA-65597331-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2013

La veille comme outil stratégique

La mise en place de chantiers transverses pour élaborer les différents scénarios de devenirs possibles de l'entreprise doit être consolidée en amont par un système de veille efficace qui viendra alimenter la réflexion stratégique : seule la veille peut mettre en évidence les champs de développement potentiels à identifier.

 

Dans une économie de production, la fonction de veille était essentiellement orientée vers le reprérage de technologies-clés. Dans le cycle qui a suivi, d'économie de marché, la veille portait plutôt vers la détection des nouveaux besoins exprimés par les cibles clients. Maintenant, la fonction marketing ne constitue plus à elle seule la panacée de l'inventivité du futur : en économie d'environnements les moteurs du changement sont devenus multiples (législatifs, liés à un mode de vie, à des circonstances d'ordre politique, à des événements ponctuels inopinés dont les conséquences rejaillissent sur l'échiquier mondial...).

 

De même, l'avenir d'une entreprise ne peut être basé sur la seule acuité d'un dirigeant visionnaire dont la largeur de vue ne peut être infinie.

 

Ainsi, tout comme pour le développement de l'innovation dans l'entreprise, tous les types d'acteurs, chacun à leur niveau, peuvent être associés à la fonction de veille.

 

L'organisation de la fonction veille va donc concrètement consister à assurer la remontée des informations susceptibles de constituer le socle nécessaire et suffisant à l'élaboration d'une bonne politique d'innovation. A l'heure actuelle, nous assistons trop souvent au repérage des signaux forts ou faibles de changement au travers exclusivement de fonctions d'évaluation (contrôle de gestion, études marketing diverses)... qui conditionnent alors la création de solutions nouvelles. Ces sources ne peuvent être exhaustives et doivent être complétées par la mise en place de rapports d'étonnement à tous niveaux afin de mettre en évidence les points de rupture susceptibles d'influer durablement sur le business modèle de l'entreprise.

 

Les capteurs de terrain pourront être des salariés mais aussi toutes personnes extérieures à l'entreprise et qui ont un regard averti sur les différentes formes d'activités afférentes aux secteurs sur lesquels cette entreprise se situe. Ces contacts, pour recueillir l'information, peuvent être relayés par des salariés désignés à cet effet.

 

Les personnes en charge du système de veille auront alors la charge d'ordonner tous ces signaux du terrain afin de les soumettre  aux groupes de prospective. 

 

Une telle organisation permet d'élargir le champs des investigations possibles afin de recenser le maximum de signaux qui peuvent concerner de près ou de loin l'évolution des activités de l'entreprise sur ses différents secteurs et dans ses différents environnements.

 

Le système de veille ainsi en place sera de nature à apporter, en aval, toutes les conditions pour le fonctionnement optimal du système d'innovation indispensable à la pérennité de l'entreprise. 

Les commentaires sont fermés.