UA-65597331-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2013

Valoriser l'Immatériel

Dans les circonstances actuelles, le futur n'est plus que très rarement le prolongement linéaire du passé : le futur doit s'imaginer, les entreprises doivent s'adapter et surtout se projeter. Ce sont alors essentiellement les valeurs immatérielles de l'entreprise qui donneront la meilleure perspective sur leur devenir.

Il devient donc urgent et important de considérer la part de l'immatériel dans la valorisation des entreprises ou des projets.

Les normes IAS - IFRS ont amorcé ce mouvement en reconnaissant un nombre important d'actifs incorporels et la nécessité de les mesurer précisément.

Par ailleurs, l'évolution constatée sur les grandes places financières nous conforte dans cette tendance et il sera désormais très rapidement nécessaire, pour chaque entreprise, de recenser les meilleures pratiques pour appréhender leur capital immatériel et définir en regard les indicateurs de mesure adaptés et significatifs qui permettront de mieux les piloter.

"on ne gère bien que ce que l'on mesure bien"

Nous consacrerons donc cet article à la définition des 8 actifs immatériels principaux, porteurs de valeur, qui existent dans les entreprises :

- le capital client, clé dans l'entreprise, source de chiffre d'affaires et donc, de rentabilité

- le capital marque est certainement l'actif immatériel le plus connu et le plus évalué depuis toujours 

- le capital technologique, qui confère l'avantage concurrentiel et différenciant à l'entreprise

- le capital fournisseurs et partenaires : la complexité croissante de chaque métier justifie la part croissante des activités que l'entreprise doit externaliser et ce capital devient aussi clé dans le niveau de marge brute dégagée par chaque produit

- le capital systèmes d'informations, très important notamment dans le processus de création de valeur

- le capital naturel, environnemental et sociétal des entreprises qui porte en lui leur dimension éthique et constitue la grande partie de leur valeur future car il induira leur capacité à rester pérennes

- le capital organisationnel et humain, reflet de l'aptitude du management à mettre en oeuvre et à faire vivre les processus qui vont mobiliser les ressources 

- le capital actionnaires ou gouvernance, déterminant dans le devenir des entreprises en ceci qu'il peut favoriser la croissance à long terme par une vision adaptée et une capacité financière mobilisable à cet effet.

Nous consacrerons les prochains articles à détailler les critères de mesures possibles de ces valeurs immatérielles en les reprenant par groupes.

En cette fin d'exercice fiscal pour bon nombre d'entreprises, il est d'autant plus important de se poser les bonnes questions quant à l'évaluation de la capacité des organisations à dégager de la rentabilité sur le terme, à l'avenir, au-delà des résultats purement comptables qui sont transmis et doivent être considérés uniquement comme les indicateurs de mesure de la performance passée.

Commentaires

Merci Marie-Christine pour cet article fort inspirant.
Aujourd'hui, je constate une sorte de procrastination des actions stratégiques. Motivées par un besoin de rentabilité à très court terme, beaucoup d'entreprises notamment les PME restent focalisées sur le chiffre de l'année sans vraiment prendre le recul pour se projeter dans l'avenir. C'est souvent la conjoncture économique qui revient au galop dans les discours, c'est recevable mais je me demande si finalement le manque de vision stratégique ne serait pas le talon d’Achille, ou encore une croyance limitante "je suis rentable aujourd'hui, c'est le plus important".
Dans ce cas de figure, comment amener ces entreprises à valoriser ce qui pourrait les rendre pérennes?

Probablement qu'une prise de conscience doit tenir une place en amont pour susciter la réflexion et l'action qui en découle.

Bien à vous,
Lynda

Écrit par : DRIAD | 12/12/2013

C'est bien la valorisation de l'actif immatériel "qualité de la gouvernance" qui mettra en valeur la capacité de l'entreprise à être et rester rentable de manière pérenne parce que conduite sur le long terme.
La mesure de cette valeur immatérielle qu'est le capital actionnaires/dirigeants pourra mettre en exergue leurs facultés de visionnaires et de stratèges pour entretenir des projets sur le long terme et en assurer la pérennité.
Ainsi, les entreprises dont les dirigeants seront essentiellement focalisés sur la rentabilité à court terme se verront pénalisées dans leur valorisation alors que l'état de leur bilan ne montre pas cet aspect de leur réalité pourtant essentiel dans leur devenir.
Cela prouve, si besoin est, qu'il est de plus en plus indispensable de mesurer ces valeurs immatérielles et d'en suivre l'évolution car elles sont réellement le reflet du potentiel de l'entreprise à conserver sa place dans le futur quand celui-ci ne peut plus être la projection linéaire de ses évolutions passées.

Écrit par : MC PESSIOT | 13/12/2013

Les commentaires sont fermés.