UA-65597331-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2012

Point de vue de l'actionnaire...

 Jusqu'où la recherche de performance sociale dans l'entreprise est-elle légitime eu égard à ses contraintes de rentabilité économique?

 

Pour être légitimes, le développement durable et la recherche de performance sociale au sein de l'entreprise doivent répondre à des critères de rentabilité. D'un point de vue actionnarial, le développement durable n'apparait pas comme étant un facteur de rentabilité à court terme, même s'il est admis qu'il puisse l'être à moyen ou à long terme terme. 

De même, l'actionnaire financier, peut ne pas établir de relation immédiate entre le bien-être des salariés et collaborateurs au travail et son effet direct sur le résultat économique de l'exploitation.

Cependant, force est de constater le succès éclatant de sociétés qui ont su privilégier un certain  confort de leurs salariés et une certaine convivialité favorisant l'interaction entre les différents niveaux de collaborateurs dont il pourra découler un partage constructif d'informations, de savoir et d'expériences pour une meilleure performance de l'ensemble. Il est indéniable qu'à terme, cet état d'esprit permettra de résoudre plus rapidement et de manière cohérente tous les problèmes qui se présenteront. Dans la mesure où le management sait canaliser de telles émulations, tout en les encourageant, il s'ensuivra un formidable élan d'énergie supplémentaire pour faire avancer la machine. De plus, ces circonstances favorisent le développement des compétences individuelles au travers d'une dynamique collective. Pour mesurer un tel supplément d'efficacité, il faut adopter un regard et des modes d'évaluation différents... nous changeons de paradigme et les indicateurs de mesure de la performance doivent aussi être radicalement différents. L'actionnaire financier aura bien du mal à composer avec ces types de repères et ne pourra jamais en mesurer précisément l'évolution, compte-tenu du changement permanent des composantes environnementales qui viennent, de plus, s'y agréger.

Il reste à l'actionnaire trop rationnel la possibilité de se rappeler à quel point l'impact négatif d'une stratégie qui ignore certaines valeurs peut être dégradant dans la poursuite des activités lorsque ce déni apparait comme volontaire et directement lié à une recherche basique de rentabilité. Combien il est dégradant pour l'image d'une entreprise que de se retrouver prise dans une vaste opération de dénigrement au travers de réseaux sociaux, de forums... l'effet négatif en devient explosif! Il n'est qu'à se souvenir de l'énorme impact qu'a eu cette campagne d'information contre les barres chocolatées Mars et ce que cela a coûté à l'entreprise en terme financiers mais aussi de communication et de réorganisation interne pour rétablir son image et remettre ses process en conformité avec les convenances ambiantes.

La recherche de performance sociale dans l'entreprise, tout comme la conformité à certaines normes de développement durables constituent les éléments essentiels d'une rentabilité pérenne toujours préférable à une rentabilité optimale mais vulnérable car dépendante du moindre événement qui viendrait à la casser. Pour mettre en valeur ce mode de fonctionnement, l'entreprise doit aussi communiquer en interne comme en externe afin de fédérer les collaborateurs ainsi que les clients au sein du cercle vertueux qu'elle aura ainsi créé. Sans mise en valeur de ce cercle vertueux, toute politique de développement durable ou recherche de performance sociale restera sans effet. Cela doit aussi faire partie intégrante de la réflexion stratégique en amont de tous les process.

Les commentaires sont fermés.