UA-65597331-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2013

Gouvernance, haut et bas de bilan

Dans la prolongation des précédents articles sur les différents modes de financement, refinancement et création d'entreprise, nous allons faire un petit "arrêt sur image" pour observer la manière dont ont pu évoluer les grands principes de gouvernance ces dernières décennies au niveau des PME.

Tant que les dirigeants de PME bénéficiaient des "largesses" des banquiers qui finançaient leurs projets de développement alors essentiellement basés sur des investissements en matériels, ils restaient actionnaires de leurs entreprises qu'ils géraient en toute connaissance de leur métier, bien souvent de manière assez empirique, sans aucun dispositif de pilotage formalisé.

Nos PME françaises sont actuellement trop peu capitalisées et ne peuvent plus bénéficier de certains financements.

Aujourd'hui, les PME ont besoin de concours extérieurs en haut de bilans pour assurer leur développement et doivent ouvrir leur capital à des actionnaires privés. Encore faut-il savoir le faire et s'y préparer.

C'est ainsi que le concept de gouvernance d'entreprise va prendre toute sa valeur : les dirigeants ont pour rôles essentiels de s'occuper de la stratégie et des financements de leurs activités alors que les actionnaires financiers n'auront pour objectif que celui de gérer leurs finances et donc, de s'occuper de rentabiliser leurs investissements.

La gouvernance d'entreprise crée ce lien indispensable entre les dirigeants et les actionnaires... vaste programme qui consistera à faire converger les intérêts de l'entrepreneur avec ceux de l'investisseur puisque chacun a son rôle, les deux doivent cohabiter et se comprendre malgré l'asymétrie des informations qui les intéresse et qu'ils considèrent. 

La gouvernance d'entreprise devient un élément indispensable à la pérennité de l'entreprise et nécessite la mise en place d'un système de pilotage intégrant les différents indicateurs propres à renseigner aussi bien les dirigeants que les actionnaires. Le système d'informations devra donc comporter toutes les indications nécessaires au suivi des plannings d'investissements et de la réalisation des objectifs.

La restructuration du haut de bilan concourt à l'évolution des entreprises et doit être réalisée en considérant l'impérieuse nécessité de restructurer parallèlement voire de constituer un système de gouvernance adapté et réaliste. 

Un système de gouvernance mal conçu peut, à lui seul, mettre en péril la pérennité des entreprises.

Commentaires

Hello ! J’ai dorénavant saisi la démarche à mettre en œuvre grâce à votre billet que j’ai lu avec attention. J’ai désormais compris la démarche à suivre. Je m’abonnerai à votre flux RSS. Je vous dis À bientôt. Jeremy

Écrit par : benjamine | 24/07/2013

Les commentaires sont fermés.